Des conseils pour ouvrir le chalet en prévision de l’été

Des conseils pour ouvrir le chalet en prévision de l’été

Nous savons tous que l’ouverture du chalet au printemps s’accompagne d’innombrables corvées. Mais peu importe la longueur de la liste de tâches à effectuer et le nombre de personnes qui participent à l’exercice, il y a toujours quelque chose qui risque d’être oublié.

Voici quelques rappels importants :

  • Évaluez l’extérieur de la bâtisse dès votre arrivée. Faites une visite rapide du chalet pour vérifier s’il y a eu des dommages pendant l’hiver ou si des animaux y auraient fait leur nid.
  • Aérez les bâtiments et suspendez les draps pour éviter les problèmes de moisissures.
  • Activez la source d’alimentation, puis ouvrez l’eau pour assurer le bon fonctionnement des systèmes.
  • Changez les piles des détecteurs de fumée et de monoxyde de carbone.
  • Remémorez-vous les principes de sécurité nautique.

Le dernier élément est crucial, et il comporte quelques mesures à prendre :

  • Votre quai ou votre hangar à bateau est-il flottant? Examinez l’état de ces installations et effectuez les ajustements ou réparations nécessaires.
  • Vérifiez votre embarcation et assurez-vous qu’elle est en état de naviguer.
  • Inspectez votre matériel de sécurité, dont vos vêtements de flottaison individuels et vos gilets de sauvetage.
  • Trouvez votre permis pour embarcations ou votre preuve de compétence pour les emporter avec vous quand vous partirez en bateau.

Une fois que tout est fait, c’est le moment d’en profiter! Rappelez-vous simplement que, pour votre sécurité et celle des autres, vous devez respecter les règles lorsque vous allez sur l’eau.

Si votre propriété donne sur l’océan, sur les Grands Lacs ou sur le fleuve Saint-Laurent, la Garde côtière canadienne peut vous donner de l’information sur la navigation et la sécurité maritime. C’est également la Garde côtière que vous devez appeler si vous trouvez une épave ou apercevez un mammifère marin en danger.

Pour plus d’information sur les interventions de la Garde côtière, allez sur ccg-gcc.gc.ca/sctm.

Source: L’édition Nouvelles

Comment éliminer les espèces envahissantes de votre jardin

Comment éliminer les espèces envahissantes de votre jardin

Les espèces végétales envahissantes peuvent être dévastatrices et ravager les autres plantes, la biodiversité, les zones humides et les champs des agriculteurs.

Les espèces envahissantes sont plus qu’une nuisance pour les jardiniers et les producteurs agricoles : elles peuvent supplanter la végétation indigène environnante, détruisant d’importants habitats naturels et leur faune. Ces plantes entrent en compétition avec les cultures et les fleurs indigènes pour la lumière du soleil, l’humidité et les éléments nutritifs.

Selon le ministère de l’Environnement et du Changement climatique du Canada, l’impact économique des plantes envahissantes présentes dans les cultures et les pâturages s’élève à 2,2 milliards de dollars chaque année. En effet, ces plantes réduisent le rendement et la qualité des cultures, tout en augmentant les coûts de désherbage et de récolte.

Un exemple est le panais sauvage, un membre de la famille des carottes et du persil qui forme des peuplements denses capables de se répandre rapidement. Cette plante, originaire d’Europe et d’Asie, a été introduite en Amérique du Nord par les colons européens. À l’origine, le panais sauvage était cultivé pour sa racine comestible, mais il est devenu incontrôlable et s’est répandu dans tout le Canada.

Les graines du panais sauvage se propagent facilement par le vent et l’eau, ou même par un équipement tel qu’une tondeuse. Bien que la racine de cette plante soit comestible, sa sève peut provoquer une réaction de la peau humaine à la lumière du soleil, ce qui entraîne des brûlures, des éruptions ou des ampoules.

Comme de nombreuses espèces envahissantes ont des effets négatifs tels que ceux-ci, il est impératif de les éradiquer immédiatement. S’il s’agit d’une petite infestation, il peut être possible de déterrer les racines au printemps, mais la lutte mécanique est souvent difficile en présence d’une grande infestation.

Dans la plupart des cas, les herbicides sont le meilleur moyen de lutter contre les espèces envahissantes. Contrairement aux autres méthodes d’élimination, ils s’attaquent littéralement à la racine du problème, tuant efficacement la plante entière.

Il faut savoir que ces outils sont sûrs à utiliser. Avant de pouvoir être vendu dans notre pays, tout pesticide doit être approuvé par Santé Canada. Notre processus de règlementation est rigoureux, reconnu dans le monde entier, et garantit que tous les pesticides utilisés au pays sont sans danger pour la population et l’environnement.

Source: L’Edition Nouvelles

Cinq conseils pour protéger votre chalet des dommages causés par les intempéries

Cinq conseils pour protéger votre chalet des dommages causés par les intempéries

La saison des vacances au chalet approche. Protéger votre propriété contre les inondations, la grêle et autres phénomènes météorologiques violents est une priorité absolue. Voici quelques démarches pour y arriver.

  1. Prenez soin de la verdure. Être entouré par la nature est l’un des plus beaux avantages d’avoir un chalet. D’un autre côté, ne pas en prendre soin peut être périlleux. Taillez les branches mortes et coupez les arbres morts afin de diminuer les risques   qu’ils tombent sur votre chalet durant une tempête. Des branches ou des feuilles sèches, ainsi que des débris peuvent également causer un incendie.
  2. Vérifiez la météo. Si une tempête sévère est prévue, fixez tous les objets qui peuvent être portés par le vent ou détachés, à l’extérieur comme à l’intérieur. Des objets volants, comme des fauteuils Muskoka, des bacs de recyclage et de l’équipement de pêche peuvent causer des blessures ou des dommages.
  3. Inspectez votre propriété. Assurez-vous que votre terrain est bien nivelé afin que l’eau ne s’accumule pas près des murs de votre chalet. Examinez les terrasses et les entrées pour vous assurer qu’elles ne causent pas l’écoulement de l’eau vers votre habitation.
  4. Élevez vos électroménagers. Haussez le niveau de vos électroménagers, de votre système de chauffage, de votre réservoir d’eau chaude et de vos panneaux électriques en les plaçant sur des morceaux de bois ou des blocs en béton au-dessus du niveau d’une éventuelle crue. Si un objet ne peut pas être soulevé, ancrez-le et protégez-le avec un mur de protection.
  5. Préparez-vous pour la pluie. Assurez-vous que le toit et l’avant-toit sont en bon état et que l’eau se vide lors de pluie sévère et utilisez un tonneau pour récupérer l’eau. Vous pouvez aussi appliquer un produit d’étanchéité autour de vos fenêtres et au bas des portes du rez-de-chaussée.

Allez à canada.ca/semaine-securite-civile pour obtenir plus de renseignements.

Source: L’Edition Nouvelles

Soyez prêt pour les inondations toute l’année

Soyez prêt pour les inondations toute l’année

Les pluies abondantes peuvent causer des inondations, surtout au printemps lorsque la terre est toujours gelée, ou déjà saturée d’eau à cause de tempêtes antérieures. Des inondations peuvent également être causées par la neige qui fond rapidement ou des embâcles. Chaque année,au Canada,  des inondations touchent des centaines de milliers de personnes et entraînent des millions de dollars de dommages.

Heureusement, vous pouvez prendre plusieurs mesures pour protéger votre propriété contre les inondations. Voici les mesures les plus importantes :

  1. Informez-vous des risques. La première étape est de connaître les risques inhérents à votre région. Vous pouvez consulter le site web de Sécurité publique Canada pour en apprendre sur les inondations majeures déjà survenues au pays. De plus, la plupart des provinces et des territoires fournissent des renseignements plus précis en ligne.
  2. Parlez avec votre courtier d’assurance. Vous pouvez avoir l’esprit tranquille en sachant que votre maison et vos biens sont protégés en cas d’inondation. Assurez-vous que votre police d’assurance comprend l’inondation et les dommages causés par l’eau.
  3. Misez sur la simplicité. IlNul besoin d’être une personne experte dans les travaux manuels pour préparer votre maison en cas d’inondation. Par exemple, vous pouvez appliquer un produit d’étanchéité autour de vos fenêtres du sous-sol et au bas des portes du rez-de-chaussée. Vous pouvez également installer des murs de protection contre les crues. Assurez-vous que votre terrain est nivelé afin que l’eau ne s’accumule pas au ras de vos murs.
  4. Faites de l’entretien de base. Procéder à l’entretien extérieur de la maison peut certainement avoir un grand impact lorsque des tempêtes surviennent. Assurez-vous que votre toit et vos gouttières sont en bon état et que les égoûts du sous-sol ne sont pas bloqués ou couverts de débris de toutes sortes. Assurez-vous que votre pompe de puisard fonctionne et installez une pompe à pile en réserve.
  5. Demandez l’aide d’un expert. Si vous avez subi des inondations auparavant, ou si vous avez des problèmes structuraux, dont des fissures dans la fondation, vous devriez recourir à un professionnel. Des ingénieurs, des plombiers ou des maçons peuvent être une aide inestimable. Commencez en embauchant un évaluateur indépendant pour vous aider à trouver la solution la plus rentable.

Allez à canada.ca/semaine-securite-civile pour obtenir plus de renseignements.

Comment éliminer les moisissures dans la maison

Comment éliminer les moisissures dans la maison

Que cela vous plaise ou non, il y a probablement des moisissures dans votre maison. Les moisissures apparaissent dans les endroits humides et peuvent réduire la qualité de l’air ambiant et mener à des problèmes de santé.

Pour éliminer les moisissures, nettoyez les surfaces touchées si leur superficie ne dépasse pas la taille d’un sac poubelle standard plié en deux (1 mètre carré). Portez de l’équipement de protection, notamment une chemise à manches longues, un masque antipoussières bien ajusté et adéquat, des verres ou des lunettes de sécurité et des gants de caoutchouc. Ces articles se trouvent généralement dans des magasins près de chez soi.

Remplissez une chaudière d’eau et ajoutez-y un peu de savon à vaisselle (idéalement non parfumé) et remplissez-en une autre d’eau propre. Si vous nettoyez une cloison sèche, utilisez du bicarbonate de soude au lieu du savon à vaisselle pour nettoyer la surface.

Pour prévenir l’apparition de moisissures dans la maison, prenez les mesures suivantes :

Recherchez les endroits humides de la maison. Vérifiez le sous-sol, les placards, les rebords des fenêtres, le toit et autour du lavabo, de la baignoire et des tuyaux.

Corrigez les endroits humides sans tarder. Réparez les fuites d’eau dès que vous les apercevez. Nettoyez immédiatement toute zone touchée par un dégât d’eau.

Ventilez suffisamment votre maison. Ouvrez les fenêtres par temps sec ou utilisez des ventilateurs au besoin, et actionnez le ventilateur d’extraction quand vous faites la cuisine ou quand vous utilisez la douche. Laissez le ventilateur fonctionner pendant quelques minutes après avoir terminé. Assurez-vous que les ventilateurs de la sécheuse, de la cuisinière, de la cuisine et de la salle de bains évacuent tous l’air vers l’extérieur.

Calfeutrez la baignoire et le lavabo. Assurez-vous qu’ils sont étanches afin d’éviter les infiltrations d’eau dans les murs.

Débarrassez-vous des objets entreposés au sous-sol. Les boîtes en carton et les vieux vêtements sont des endroits propices à la prolifération des moisissures.

Diminuez le taux d’humidité. Gardez les taux d’humidité à environ 50 % l’été et à 30 % par temps froid. Au besoin, utilisez un déshumidificateur ou un climatiseur pour réduire les taux d’humidité. Vous pouvez employer un hygromètre (appareil peu dispendieux vendu dans la plupart des quincailleries) pour mesurer le taux d’humidité.

Nettoyez souvent. Nettoyez et désinfectez régulièrement tout ce qui contient de l’eau, comme les humidificateurs, les déshumidificateurs et les climatiseurs.

Si la zone touchée par les moisissures est importante (plus d’un mètre carré) et si les moisissures réapparaissent après des nettoyages répétés, ou si un membre de la famille souffre d’asthme ou d’un autre problème respiratoire en raison des moisissures, songez à faire appel à un professionnel pour le nettoyage. Rappelez-vous qu’une quantité importante de moisissures est souvent le signe d’un problème plus grave, comme une fuite dans les fondations ou un dégât d’eau majeur, qui pourrait nécessiter l’aide d’un professionnel.

Vous trouverez davantage de renseignements à canada.ca/maison-saine.

Source: L’Edition Nouvelles

Que recèle une pelouse?

Que recèle une pelouse?

Les pelouses – aussi bien celle de votre jardin que celles des parcs – offrent plus que des avantages esthétiques : elles contribuent à améliorer le bien-être et la santé des collectivités.

Voyons un peu comment :

  • Les pelouses fournissent l’oxygène que nous respirons. Quinze mètres carrés d’herbe produisent chaque jour de l’oxygène pour une famille de quatre personnes.
  • Les pelouses réduisent l’effet de réchauffement des surfaces dures. Les zones urbaines couvertes de bâtiments et de béton ont tendance à être nettement plus chaudes que les zones comportant des espaces verts luxuriants.
  • Les pelouses font office de systèmes de filtration de l’eau. Une pelouse saine ralentit le ruissellement; l’eau a donc le temps de s’infiltrer dans le système souterrain, sans créer d’inondation. Une pelouse de la taille de 900 m² peut absorber plus de 22 000 litres d’eau.

Mais pour offrir ces avantages, les pelouses ont besoin de soins. Les pesticides sont un des outils qui aident à les protéger, en permettant de supprimer les mauvaises herbes et autres bioagresseurs. Santé Canada règlemente tous les pesticides vendus dans le pays afin de garantir qu’ils peuvent être utilisés en toute sécurité. Il n’approuvera aucun produit qui pourrait nuire à la santé humaine lorsqu’il est utilisé conformément au mode d’emploi.

Source: L’Edition Nouvellles

Des façons inattendues de protéger l’environnement

Des façons inattendues de protéger l’environnement

Pour bon nombre d’entre nous, la protection de l’environnement est une priorité indéniable, et pourtant nous avons parfois l’impression de ne pas être en mesure de faire une différence sur le plan individuel. Toutefois, plusieurs petits gestes que vous posez peuvent avoir impact important.

Nettoyez une rive. Peu importe où vous vivez au Canada, vous êtes probablement à proximité d’un rivage. Il n’est pas nécessaire que ce soit la rive d’un océan; les lacs, les rivières et d’autres plans d’eau se déversent dans l’océan et ils ne doivent pas être pollués non plus. Organisez un nettoyage de rive communautaire ou allez-y avec vos enfants dans le cadre d’une activité amusante de fin de semaine.

Remplissez le questionnaire du recensement. Les services d’infrastructure et de transport sont au premier plan des émissions mondiales de carbone. Votre participation au recensement est donc importante pour permettre au gouvernement de recueillir des données sur la densité des populations et sur les moyens de transport que les gens utilisent pour se rendre au travail. Ces renseignements peuvent servir à promouvoir des projets de construction écologique et à favoriser le transport en commun lorsque nécessaire.

Oubliez l’imprimante. Un ensemble de petits gestes peut définitivement faire une différence, et un objectif facile que nous pouvons tous atteindre consiste à limiter l’usage du papier. Utilisez une application sur votre téléphone intelligent pour prendre des notes ou pour gérer votre horaire, et employez votre tablette ou votre ordinateur portatif pour consulter les manuels et lire les documents. De nos jours, la plupart des salles de cinéma et de spectacles acceptent les billets numériques; il n’est donc plus nécessaire de les imprimer.

Éteignez vos appareils à la maison. Au fil du temps, cette habitude peut avoir une incidence importante sur votre consommation d’énergie et votre empreinte carbone. Assurez-vous d’éteindre le téléviseur, les lumières et tous les appareils électroniques que vous n’utilisez pas. De plus, une fois que votre appareil est complètement chargé, débranchez-le de son chargeur, car il continuera à consommer de l’électricité tant qu’il est branché.

Pour en savoir davantage au sujet du recensement, consultez le recensement.gc.ca.

Source: L’Edition Nouvelles

Calendrier de semis de légumes et de fines herbes

Calendrier de semis de légumes et de fines herbes

Saviez-vous qu’en règle générale il faut semer du début mars à la fin avril? Cependant, il existe des exceptions. Pour vous guider nous partageons avec vous une liste avec le calendrier de semis de légumes et de fines herbes.

Nous vous recommandons fortement de parler avec votre pépiniériste au moment de l’achat pour recevoir des recommandations plus précises selon la température et votre région.

La haie de cèdre, comment la réussir?

La haie de cèdre, comment la réussir?

Il y a quelques années, vous désiriez un petit coin bien à vous pour profiter de votre liberté à l’abri des regards parfois curieux des autres.  Bref, vous désiriez une intimité à l’abri des autres. Et vous avez pensé à une haie de cèdre. Et maintenant, les petits arbres ont grandi et commencent à envahir tout l’espace, ce que vous n’aviez pas prévu. Vous êtes à la recherche de solutions efficaces, adéquates qui ne risqueront pas de vous faire perdre l’investissement d’autrefois.

Nous sommes là pour vous aider, en vous exposant quelques pistes qui vous orienteront vers le bon choix dans ce que vous allez entreprendre face à votre haie de cèdre.

La haie de cèdre doit être élaguée à bon escient !

Votre cèdre est devenu assez volumineux, et il vous empêche, en ce début d’été, alors que vous vous abandonnez à la belle brise d’été dans votre jardin, de goûter au charme du paysage  estival. Et vous vous dites qu’il est temps d’élaguer cette haie de cèdre.

Si vos lilas ont fleuri, il est temps de vous atteler à la tâche. C’est vrai qu’il n’existe pas de date bien précise pour élaguer une haie de cèdre, mais on fixe cette tâche généralement au moment où les lilas achèvent leur floraison, vers le mois de mai, et cela se termine à la fête de la Saint-Jean Baptiste, autrement dit vers le 24 juin.

Maintenant, si vous examinez votre haie attentivement, vous allez découvrir qu’elle a 2 tonalités de vert : un vert sombre, et cela concerne la partie qui a repoussé les années antécédentes, et un vert plus clair pour les nouvelles branches.

Mais, si vous n’avez pas eu le temps de le faire pendant la saison vernale, ou que vous désirez les tailler à l’image d’une clôture bien rectiligne, vous pourriez aussi élaguer votre haie, à partir de la moitié du mois d’août, jusqu’au mois de septembre. Mais ne tardez pas plus, car la taille encourage la croissance des végétaux, et par conséquent, le froid de l’hiver qui suivra pourrait tuer les nouveaux bourgeons.

A quelle hauteur tailler la haie de cèdre ?

Comme tous les résineux, le cèdre ne peut pas produire de végétations neuves sur ce que l’on désigne par vieux bois, autrement dit les vieux branchages ou les troncs. Il est donc essentiel d’élaguer à l’endroit adéquat pour garder une haie cohérente et sans cavités. La nouvelle pousse des abiétacées se distingue par sa couleur vert clair, c’est dans cette zone que vous devez couper. Il faut enlever environ de 30 % à 50% au maximum de la végétation qui vient de pousser. Et pour que vous arriviez à bien maîtriser votre haie de cèdre, il faut la couper une fois par an.

Accorder une importance à la morphologie

Si vous souhaitez une haie végétale taillée verticalement, sachez que c’est faisable, mais, on ne vous le conseille pas.

Pour garantir une luminosité exemplaire à la haie, vous devez accorder une importance capitale à la forme. Donnez-lui plutôt une forme conique, évasée en bas et étroite au sommet. De cette manière, la lumière va couvrir toute la surface de la haie et elle garantira au cèdre une poussée exemplaire. De même, la base du cèdre demeurera bien dense pour vous  permettre d’être à l’abri des regards indiscrets, et de vous sentir détendu sur votre terrasse.

Il faut élaguer le faîte de cette palissade de cèdre en pointe, et non pas horizontalement. Sinon, l’hiver suivant, la masse de la neige l’endommagerait.

Comment nourrir notre haie de cèdre?

Après avoir terminé votre boulot de jardinier, il faudrait penser à  fertiliser votre haie. Au printemps, vous pouvez placer une pincée de compost à la base de votre haie de cèdre. Ce produit  leur donnera des minéraux indispensables à leur accroissement. Mais, faites très attention et n’ensevelissez pas le col des plants de la haie de cèdre. Essayez de fertiliser vos cèdres avant la mi-juillet car au-delà de cette période, une dose d’engrais, même minime aura le pouvoir  d’accélérer l’accroissement et de multiplier, ainsi le risque de voir apparaître des tiges brunes pendant la saison vernale suivante.